Fake news society

Nous sommes passés dans une réalité alternative. Je n'ai jamais vu une grève aussi mue par de faux motifs. Par exemple : la privatisation de la SNCF. Elle n'est pas envisagée par la réforme et de toute façon qui voudrait acheter une entreprise avec un tel déficit, qui est peuplée d'employés prêts à faire grève à la moindre tentative d'effleurer le statu-quo et qu'on ne peut pas virer ? Et pourtant je vois partout des "non à la privatisation". Autre exemple : l'abandon des "petites lignes". Benoît Hamon soutient la grève SNCF parce que fermer les petites lignes c'est accentuer les inégalités territoriales. Sauf que ces fermetures sont explicitement exclues de la réforme ... Et tout est à l'avenant. C'est bien d'une réalité alternative dont il est question. Je suis atterré.