Ad hominem

Je suis adhérent de LaREM et j’ai modestement milité pour l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République. Depuis cette élection je soutiens le président et son gouvernement. Je ne suis pas choqué par les critiques du parti LaREM, du président Macron ou du gouvernement et des décisions qui sont prises par celui-ci. Ces critiques sont normales et n’impliquent pas de jugement sur les personnes. Il n’y a pas lieu de s’offenser de désaccords politiques du moment qu’ils sont argumentés et de bonne foi. Je suis, par contre choqué quand je lis des invectives dirigées contre la personne du président Macron, contre les députés du groupe LaREM et plus encore contre les personnes qui adhèrent à LaREM et soutiennent l’action de ce gouvernement. Trop souvent l’insulte tient lieu de critique. Je n’ai aucune estime pour les gens qui m’insultent à travers mon engagement à LaREM et mon soutien au président de la République et à son action. Chaque attaque ad hominem contre les membres de LaREM (qu'on les appelle macronistes ou macronolâtres) est une attaque ad hominem contre moi.

Matin chagrin



Je n'ai pas le matin joyeux, essentiellement il faut me ficher la paix jusqu'à ce que j'ai mangé et bu un café. Je suis grognon et je n'ai envie de parler à personne jusqu'à ce que j'ai remis mon taux de sucre (je suppose) à niveau.

Représailles

Punition du régime syrien pour avoir utilisé du gaz de guerre pour tuer des civils. À quoi peut bien être utile de bombarder le régime syrien après les avoir prévenu via les Russes ? À les dissuader de recommencer ? J'en doute. Ce bombardement c'est de la communication, c'est tout. Toutefois je suis lâchement soulagé qu'il soit peu probable qu'on assiste à une escalade, sinon chez nous du moins au Moyen-Orient. Au point où on en est il n'est plus possible de contrer Assad. On aurait pu probablement le faire en 2013 lors de la première attaque au gaz Sarin, mais plus maintenant, il faudra se contenter d'attaques symboliques.

Mauvaise foi

Je supporte mal la mauvaise foi et les mensonges de la politique, et cette semaine j'ai été servi, entre les pleurs des pauvres pourchassés de Notre-Dame-des-Landes et les grévistes de la SNCF (sans pouvoir oublier, hélas, les réactions complètement outrées des bouffeurs de curés au discours de Macron) ! Par exemple : les squatteurs de NDDL se sont plaints de brutalités policières alors qu'ils ont reçus les gendarmes mobiles avec des cocktails Molotovs, qu'ils ont tiré sur un hélicoptère de la gendarmerie avec un canon à grêle, et qu'il y a eu plus de blessés chez les moblos que chez les zadistes. En même temps les voilà qui raillent le grand nombre de gendarmes mobilisés pour déloger le petit nombre de zadistes "non armés" en faisant mine de ne pas se rendre compte que si les gendarmes étaient autant et s'ils ont mis trois jours à démanteler leurs taudis c'est justement parce qu'ils voulaient faire cette évacuation le plus délibérément possible en faisant le moins de dégâts personnels possible. Et bien sûr tous les ignorants gogos de gauchistes qui gobent ces mensonges et ces exagérations ! Quant à la grève de la SNCF elle va probablement s'enliser et bien sûr échouer, il y a de moins en moins de grévistes et de plus en plus de trains les jours de grève, et bientôt plus personne ne va en parler ! La CGT a une énorme responsabilité vis à vis des gens qu'elle a convaincu de faire grève pour des motifs politiques, en leur faisant miroiter le grand soir ! Ces gens, la CGT, la FI cherchent à renverser le résultat du suffrage universel simplement parce que celui-ci leur déplaît. C'est inadmissible.

Tâches du matin

Ici à la campagne la routine du matin c'est se lever, s'habiller, enfiler bottes et imperméable (en ce moment il pleut ou il bruine tous les jours ou plutôt tous les matins), sortir, ouvrir la cabane du poulailler, verser du grain dans la mangeoire des poules et de l'eau dans leur abreuvoir (l'eau est dans un arrosoir à côté de la cuvette qui sert d'abreuvoir, il faut remettre de l'eau dans l'arrosoir tous les trois jours environ, l'oie dispose d'une piscine privée dont il faut changer l'eau de temps en temps), refermer le poulailler (le poulailler se compose de trois enceintes concentriques : la cabane où les poules, le coq et l'oie sont enfermés la nuit, l'enceinte intérieure électrifiée où l'on enferme les poules quand on quitte la maison pour une certain temps, et l'enceinte principale, large, où la volaille s'ébat en semi-liberté), puis récupérer le chat dans sa cabane (le chat dort la nuit dans une cabane où a été aménagé un petit nid douillet dans un carton muni d'une couverture sur des bâches en plastique sur lesquelles a été placé un bac à chat qui ne sert pas à grand chose vu que le chat préfère généralement faire ses besoins sur la bâche en signe de protestation ou de sénilité -- mais pas tous les jours, dès fois il fait dans son bac, on ne sait pas pourquoi), (le chat aime qu'on le récupère le matin dans sa cabane pour l'emmener dans la maison dans les bras), (on ne le laisse pas dormir dans la maison la nuit parce qu'il a tendance à faire ses besoins un peu partout sauf dans son bac, et demander à sortir à cinq heures du matin et parce qu'il a été habitué dès son plus jeune âge à passer la nuit à l'extérieur de la maison, ce n'est pas un chat urbain), puis préparer le petit déjeuner du chat (un quart de boite de pâtée pour chat et quelques croquettes mélangées). Après ça les tâches du matin sont terminées et l'on peut passer à d'autres occupations.

Fake news society

Nous sommes passés dans une réalité alternative. Je n'ai jamais vu une grève aussi mue par de faux motifs. Par exemple : la privatisation de la SNCF. Elle n'est pas envisagée par la réforme et de toute façon qui voudrait acheter une entreprise avec un tel déficit, qui est peuplée d'employés prêts à faire grève à la moindre tentative d'effleurer le statu-quo et qu'on ne peut pas virer ? Et pourtant je vois partout des "non à la privatisation". Autre exemple : l'abandon des "petites lignes". Benoît Hamon soutient la grève SNCF parce que fermer les petites lignes c'est accentuer les inégalités territoriales. Sauf que ces fermetures sont explicitement exclues de la réforme ... Et tout est à l'avenant. C'est bien d'une réalité alternative dont il est question. Je suis atterré.

Je ne comprends pas

Je suis cheminot depuis 37 ans, cadre certes mais j'ai commencé à la base, et je ne ne comprends pas pourquoi mes collègues font grève cette fois-ci. Les autres fois ça pouvait se comprendre à la rigueur, il y avait des motifs, je n'ai jamais fait grève, mais je comprenais les motifs. Là, sérieusement je ne vois pas pourquoi ils se mettent en grève et aussi durement. On ne privatise pas la SNCF (on la fait changer de statut, d'EPIC elle va devenir une SA, mais ça ne change strictement rien tant que l'État reste le seul actionnaire); on garde le statut, seules les nouvelles embauches se feront en CDI ; on garde tous nos avantages sociaux et en particulier la retraite ; on garde toutes les "petites lignes" ; en cas de reprise (hypothétique) par une autre entreprise d'une ligne entière le personnel SNCF pourra passer à la nouvelle société en gardant tous ses avantages sociaux et son statut (et son salaire)... Franchement j'en suis même à penser que l'État ne va pas assez loin dans ses réformes de l'entreprise ! Donc je ne comprends pas pourquoi tant de collègues sont prêts à perdre au moins un jour de salaire pour une cause perdue d'avance (car si l'État cède sur cette réforme ça sera fini, plus aucune réforme ne sera possible !) et emmerder le monde avec autant d'enthousiasme !

Un quatrain

Chaque jour le greffier sénile
Sur la bâche de protection
Laisse une crotte comme une île
Juste au milieu de sa miction.

Restons optimistes


Bilan animalier

Bilan d'une semaine à la campagne :
- deux pics épeiches
- quatre chardonnerets
- de nombreux moineaux
- de nombreuses mésanges à tête noire et mésanges bleues
- quatre verdiers
- deux tourterelles
- quatre merles
- deux geais
- au moins quatre bouvreuils
- quelques (je n'ai pas compté) rouge-gorges mâles
- deux lapins adultes
- deux chevreuils adultes
- une buse
- une chouette hulotte (pas vue mais entendu chanter)
- un rapace non identifié de la taille d'un faucon
- une souris
- les hirondelles, martinets, coucou, rouge-queues et autres migrateurs ne sont pas revenus dans nos contrées, pas encore.

Pour mémoire : vous avez peut-être remarqué que ce sont des espèces des champs proches des bois et c'est exactement le milieu dans lequel je me trouve, pour ma plus grande joie.