Daniel Cheek, photographe

Daniel Cheek explore les relations entre les gens et leur rapport à la nature. Il photographie les endroits où les gens vont pour faire l'expérience de la nature sauvage avec tout le confort moderne. Dans la tradition photographique de Robert Adams.

a yellow saddle

666093581_wR3fL-M.jpg

St Sulpice

666093178_ZdawW-M.jpg


Grande ballade photographique ce midi à travers St Germain des Près et St Sulpice. La façade de l'église St Sulpice est couverte d'échafaudages. C'est dommage, c'est mon église préférée.

RIP Alphonse

666116526_QKzCZ-M.jpg


Alphonse le chat est mort aujourd'hui d'insuffisance rénale et cardiaque. Il a eu une belle vie à la campagne où il était libre de chasser les lapins (pour les manger, entièrement). Il se battait avec les chats du voisinage mais il aimait les hommes et les enfants. Jamais il n'a griffé ni mordu un enfant et il aimait même dormir dans le même lit qu'eux quand il pouvait. Il aimait les câlins et parfois en exigeait un immédiatement quelque soit la situation. Il a vécu longtemps, pour un chat.
Adieu Alphonse, tu seras toujours dans nos mémoires.

street scenes {en}

665141254_B8vj8-M.jpg

Rue Vercingetorix, Paris XIV

665177401_nJFoE-M.jpg

Rue Alain, Paris XIV

Sometimes I become single-minded about photography. I always carry a camera with me when I'm not inside (at home or at work) and I look for things to shoot most of the time. The street is my favorite landscape. In the countryside I'm usually a bit frustrated because I don't see so many scenes to shoot. It seems that everything is the same, trees, grass, flowers, fences, whatever... In the city my curiosity is continually engaged.

Square Cardinal Wyszynski {en}

669638732_LoKtU-M.jpg


665177357_6fELs-M.jpg


I was fortunate to have a wonderful light today at lunch, I went to the little gardens close to my workplace in the fourteenth arrondissement. It's a quiet place in a renovated neighborhood.

Alain de Botton: Airport Lounger

Alain de Botton a passé une semaine en "résidence d'écrivain à l'aéroport d'Heathrow pour écrire un livre-reportage, extraits ici :Alain de Botton: Airport Lounger - Times Online {en}, et Alain de Botton est un sacré bon écrivain!

lumière des bois

666137190_cnd5i-M.jpg


Il y a peu de mots et peu de liens sur ce blog en ce moment. Mais des images. Que j'aime bien.

Petit weekend à la campagne. Assis sur le canapé, devant la cheminée où un joli feu flambe, je tapote sur mon macbook. Les jambes étendues sur le petit meuble devant moi. La maison est silencieuse, il n'y a plus que moi qui suis éveillé. Cet après-midi grande ballade dans la forêt, il faisait un temps magnifique mais un peu frais dès que le soleil se couche. Les couleurs d'automne commencent à apparaître, des feuilles jaunes ça et là, des rousseurs dans les sous-bois. Les chasseurs se préparent à l'ouverture. Ici on chasse le sanglier en battues. Il y a beaucoup de sangliers dans les bois, des sangliers d'élevage qui sont rendus à la vie sauvage pour l'ouverture de la chasse. Les sociétés de chasse ont construit des petits affuts en bois le long des allées forestières, pour éviter que les chasseurs ne se mitraillent entre eux ou bousillent les rabatteurs ou leurs chiens. Ils tirent avec des balles blindées, c'est la guerre. Demain ça va être un massacre dans ces bois si paisibles qui regorgent de vie. Heureusement dans les coupes franches ont poussé des taillis impénétrables où les bêtes peuvent se réfugier, elles y sont même à l'abri des chiens. Les battues affolent les animaux qui traversent les routes n'importe comment. Un motard a percuté ainsi un chevreuil, paraît-il, l'autre jour. Gravement blessé l'homme à la moto. Le chevreuil a été tué.

J'ai horreur de la chasse et des chasseurs.

Nous avons trouvé des champignons, quelques coulemelles (qu'on appelait des potirelles, dans la région nantaise, quand j'étais gamin). La structure des champignons en lamelle est étrange et très belle, ces centaines de fines lamelles, le pied bien cylindrique et le chapeau qui en s'écartant fait éclater la peau brune et fine que le champignon porte quand il est naissant. La croissance des champignons est très rapide, en une journée ils sortent de terre et sont à taille adulte en 24 heures. Les champignons sont une forme de vie naturelle tout à fait fascinante, je trouve, certains recèlent un poison qui peut être très violent, d'autres des produits chimiques hallucinogènes. Les coulemelles sont comestibles et d'un goût assez fin.

Ce midi côte de boeuf au barbecue, avec des haricots verts du jardin. Un délice. En dessert pêches de vigne au vin. Arrosé d'un Saumur Champigny parfait. Ce soir tomates farcies (du jardin), salade (fraîchement cueillie), les coulemelles frites en entrée et les pêches de vigne en dessert.

Il y a pire sort.

Je suis en congé demain lundi. J'ai 14 jours de congés à prendre d'ici la fin de l'année. Je ferais bien un saut à New York mais je n'ai pas un rond (succession d'erreurs de trésorerie et de dépenses imprévues). Ce n'est pas que le voyage en avion soit cher, c'est l'hôtel à New York qui est hors de prix. À la limite je pourrais me payer l'avion et le séjour mais pas l'hébergement. Donc je vais prendre ces jours de congés, je vais les résorber dirons-nous, un par un. L'an dernier ma boite avait racheté les congés non pris. Mais cette année ça ne me semble pas envisagé.

Portrait d'Alphonse

3958984192_31b36ed9ca.jpg


Alphonse est vieux. Il est perclus de douleurs. Il a eu du mal à descendre de mon lit ce matin mais il est allé réchauffer ses vieux os au soleil. Après ça s'est arrangé et il a pu aller se balader dans le pré. Il n'a quasiment plus de dents et il a du mal à manger les pièces un peu coriaces, comme le petit morceaux de gras accroché à du tendon de côte de boeuf que je lui ai donné ce midi.

le président chez Letterman

The White House - The President on the Late Show: pour nous, Français, qui vivons dans un système constitutionnel quasi monarchique (présidentiel mais d'inspiration monarchique), voir le président des Etats Unis dans un talk-show échangeant des plaisanteries (certaines assez marrantes, d'ailleurs) avec David Letterman, avec des interruptions publicitaires, est assez surréaliste! Certes il y a des moments sérieux (mais assez légers tout de même) mais la tenue et le ton sont nettement relâchés. Cette manière de ne pas se prendre trop au sérieux en restant sérieux, ce mépris du décorum, cette familiarité sont typiquement américains et, cela va sans dire, cette prestation du président me plaît énormément mais je doute que ça plaise à mes compatriotes!

une vie en images

Jamie Livingston's Photo Of the Day: Jamie Livingston était un photographe, réalisateur et artiste de cirque New-Yorkais qui a pris une photographie polaroid de sa vie chaque jour du 31 mars 1979 au jour de sa mort le 25 octobre 1997. 6697 images polaroid. Témoignage parfois poignant d'une vie terminée tragiquement par la maladie.
(via)

Is the Internet melting our brains? [en]

Is the Internet melting our brains? | Salon Books:
Every communication advancement throughout human history, from the pencil to the typewriter to writing itself, has been met with fear, skepticism and a longing for the medium that's been displaced. Far from heralding in a "2001: Space Odyssey" dystopia, Baron believes that social networking sites, blogs and the Internet are actually making us better writers and improving our ability to reach out to our fellow man.

Says Dennis Baron, professor of English and linguistics at the University of Illinois at Urbana-Champaign, read his interview in Salon.

just after Ike and now [en]

One year after Hurricane Ike | The Big Picture: a portrait of the Gulf Coast one year after hurricane Ike in a series of images taken in the same place just after Ike and now. My family in Houston, Texas was hit by Ike and had to flee as they hadn't any power nor water for days (and a baby and two kids). At Christmas 2008, I went to Texas and saw the damages in Kemah —a coast town not far from Galveston — it was impressive, the rebuilding effort was beginning but many homes were still mere heaps of rubbles. Many people were living in front of the rubbles of their former homes in trailers or prefabs.

joints [en]

How economists are tackling sports injuries | Financial Times : very interesting essay on the freakonomics of sport injuries: how injuries of key players affect the results of a team, how a cutting edge medical team affects the balance between teams, etc.

New York City longing [en]

I am often missing New York City in some strange ways, barely five month after my last trip there. Sometimes it's a certain quality of the light, a sound, a color, a voice from some passer-by that reminds me of Manhattan and I'm oddly moved, sometimes it's the rumble of the metro, the clatter of some shoes on the pavement, a remote siren's sound, and memories flow. I'm not prone to nostalgia, usually. Is it nostalgia this feeling of sadness and joy, this saudade? More of a longing, an unfulfilled desire to be there, in the city I love. And it reaches out to the United States at large. Yesterday I was leisurely listening to a country radio station on iTunes and an ad for Home Depot gave me this kind of feeling. As I don't feel for Home Depot particularly, I believe that I never walked into one of these stores in my life, it was, I guess, the speaker's voice, his american accent, his western twang, that appealed to me. Like some voices scraped from a dream.

image iPhone du jour

3928924717_89ea84f796.jpg

Joe Wilson, racist? [en]

Maureen Dowd à propos congressman Joe Wilson's outburst "you lie" against president Obama during the joint session of Congress last week:
The congressman, we learned, belonged to the Sons of Confederate Veterans, led a 2000 campaign to keep the Confederate flag waving above South Carolina’s state Capitol and denounced as a “smear” the true claim of a black woman that she was the daughter of Strom Thurmond, the ’48 segregationist candidate for president. Wilson clearly did not like being lectured and even rebuked by the brainy black president presiding over the majestic chamber.
Now, Maureen Dowd is highly partisan but it is very plausible that Joe Wilson's outrageous and outraged scream was a racist cry, coming from him. Bush was reviled in many forms but never in front of the whole chambers any Democrat dared to treat him of a liar. Even when it was proved that he was one!

iPhone this, iPhone that! [en]

Your company? There's an app for that. is a very good post by our fellow blogger Jason Kottke about the iPhone which is gradually "replacing several specialized devices that do one or two things really well".
Me, I use my iPhone to many things except making phone calls (which I hate to make and to receive as a general principle) and I love it!
(via The Daily Blague).

conspiracy theories are here to stay [en]

So the other day Mathieu Kassovitz, a french actor and filmmaker, explained on French national television that he doesn't believe the official version of the September 11th events. In passing he told some of the half-truths and approximations which are usual in these conspiracy theories, the usual questions with the usual odors of antiamericanism. Because Kassovitz is believed in France to be more knowledgeable than, say, Bigard (a French humorist who said he doesn't believe the official version either) this revelation made some noise here these past days.

I have to say that this particular conspiracy theory makes me angry each time I hear it and that the guy (or gal) who utters it is added immediately to my already long shitlist. But I have also to recognize that if I, personnaly, chose to believe the official version, the conspiracy and no-plane-in-the-pentagone theories are very well alive, if revealing a particularly wacky brain. Some people are bent to hate the US and everything that comes from it. Some people don't want to believe that some arab fanatics are able to highjack four planes and use them to destroy these tall towers, by themselves. Some people prefer to believe irrational ideas, hidden schemes and complicated things than perfectly simple, clear and logical ones because they are in general denial of reality (we are all at a certain point), a lot of people like fabrications and stories and crave mysteries and some people are just plain stupid. Conspiracy theories are here to stay forever because no further explanations or demonstrations of what we consider to be the truth will ever be up to the charm of the mystery and to the lure of ideology.

I should add that the Bush administration was very cynical with the truth, in so many and important occasions, that it begat those theories and gave ammunitions to the "conspiratists" who asked to no more to spill their venom.

The List of N Things [en]

Why readers like articles featuring lists so common in magazine and newspapers (and the web).
The List of N Things:
Because the main points are unconnected, the list of n things is random access. There's no thread of reasoning you have to follow. You could read the list in any order. And because the points are independent of one another, they work like watertight compartments in an unsinkable ship. If you get bored with, or can't understand, or don't agree with one point, you don't have to give up on the article. You can just abandon that one and skip to the next. A list of n things is parallel and therefore fault tolerant.

Choi-Wan [en]

Super Typhoon Choi-Wan: encore un magnifique cyclone de catégorie 5, en cours dans le Pacifique, qui ne devrait pas affecter les terres mais seulement les îles Marianne.

Good Night and Tough Luck [en]

Good Night and Tough Luck - (Abstract City Blog - NYTimes.com): the diffculties of sleeping. Funny!

conspiration [en]

The Persistence of Conspiracy (Heretical Ideas Magazine) {en}:
it’s hard to shake the perception of patterns. Of course, the human knack of pattern-building is a common culprit for researchers who try to explain why conspiracy theories exist in the first place, but I think it’s also a reason for why they stick around. Once you see a pattern, it is a really tall order to now “un-see” that image. Take the famous “face on Mars” picture, for example. Once you’ve got it in your head that there’s a “face” in the picture, it takes a few minutes and a real amount of effort to not see it again. Ditto with conspiracy theories. Once you’ve got it in your head that the discrepancies in a story form a pattern, it’s really hard to not see that pattern anymore.
Now that we have a hypothesis about how conspiracy theories persist, the question is then: how do we make them stop? Well, the answer is you really can’t. Dislodging somebody’s conspiracy from their own head isn’t something that’s a possibility for most of us. However, there is a way that we can prevent conspiracies and similar nonsense from taking root in our own heads. And it’s simple. We have to think like scientists.
Lire aussi: Why People Believe in Conspiracies (Scientific American) {en}

agriculteurs récalcitrants

Saviez vous que l'aéroport de Tokyo Narita était en butte à des agriculteurs récalcitrants {en} qui refusent d'être expropriés de leurs rizières pour laisser la place à l'aéroport. Celui-ci a quand-même été construit ce qui explique qu'un aéroport avec un tel trafic n'ait qu'une piste et demie et qu'il soit si effarant de voir comment les taxiways sont obligés de sinuer entre les exploitations agricoles!

grosse rigolade

Quand on voit pour la première fois le site web de l'association de Ségolène Royal on croit à une blague. Ce n'est pas possible que ce soit vrai! Et pourtant ça l'est. Ségolène vient de s'aliéner durablement tous ceux qui aiment le web avec un site aussi moche et mal foutu, un site qu'un amateur pas doué aurait honte d'avoir réalisé.

Expos

Flickr vient d'ajouter une fonctionnalité nouvelle: Expos. Cette fonctionnalité intégrée à Flickr permet aux adhérents de la plate-forme de partage d'images d'organiser des expositions virtuelles d'au plus 18 images puisées dans l'immense catalogue des utilisateurs – et non seulement de ses contacts ou favoris. On peut installer autant d'Expos qu'on le désire mais le nombre d'images exposées par galerie ne peut dépasser 18 et toutes les images exposées doivent venir d'autres utilsateurs. C'est en fait la possibilité d'organiser une galerie d'autres images que les siennes mais en nombre limité de clichés. C'est une fonctionnalité procurée par Flickr lui-même et non pas un service tiers ce qui est relativement original (à ma connaissance aucun service de partage d'images ne semble avoir implémenté pareille fonctionnalité) et qui est bien dans la philosophie, si j'ose dire, de la plate-forme, qui favorise l'appréciation et la reconnaissance mutuelle de ses utilisateurs. J'aurais aimé d'autres fonctionnalités cependant plutôt que celle-là: la possibilité, par exemple, d'aménager la présentation de ses pages (comme Smugmug le fait) et plus de choix dans le redimensionnement des images (toujours comme Smugmug). Cependant Flickr reste incontournable pour moi à cause de son immense panel d'utilisateurs et donc son immense collection d'images de toutes sortes et la vitalité de ses groupes thématiques.

réforme du système de santé US [en]

Health-care reform in America: Fired up and ready to go (The Economist): comme c'est devenu sa tradition The Economist fait un point parfait sur l'état de la réforme du système de santé Américain après le discours d'Obama au Congrès. Dommage que ça soit en anglais, peut-être que Courrier International traduira cet article. À ce propos lire la traduction d'un article de The Nation sur Courrier International.

DFW, in memoriam

David Foster Wallace s'est suicidé à l'âge de 46 ans, il y a un an et ironiquement – une ironie qu'il aurait sans doute apprécié et à laquelle il s'attendait certainement – c'est cette disparition qui l'a rendu célèbre. Jusqu'à sa mort DFW était un écrivain généralement peu connu ou seulement par ses reportages, en particulier celui sur la campagne des primaires de John McCain en 2000 et celui, révolutionnaire dans sa forme hypertextuelle, sur un speaker populiste de radio, paru dans The Atlantic. De ses romans et nouvelles, réputés difficiles à lire, il était rarement question. Lorsqu'il est mort il y avait longtemps que j'avais découvert David Foster Wallace et que j'avais apprécié ses œuvres littéraires et journalistiques. J'étais tombé sur Infinite Jest un jour que je naviguais dans les livres de la partie anglaise de Gallignani, rue de Rivoli. L'épaisseur du livre m'avait attiré comme toujours et dans le magasin je lus les premières pages qui excitèrent encore plus mon intérêt. J'achetais cet énorme bouquin et mis trois ans à le lire, par intermittences, retours en arrière, lâchages et reprises. La langue particulièrement ardue, la structure de la phrase alambiquée, le vocabulaire rare et choisi me causèrent beaucoup de difficultés, l'histoire compliquée et décousue me décevait souvent. Néanmoins je persévérais dans ma lecture parce que le ton, ironique, sarcastique, caustique, mordant, désespéré et néanmoins plein de compassion pour nous, pauvres humains, plein de questionnement sur les passions humaines même les moins compréhensibles pour lui, m'accrochait. Et me plaisait aussi cette capacité à décrire l'indescriptible, à pénétrer dans le cerveau des personnages et à en démonter les rouages comme ceux d'une horlogerie hyper compliquée, les sentiments, les opinions, les passions, et ce soucis constant de tout montrer jusque dans les petits détails, ce soucis encyclopédique, cet art de tout décrypter sans perdre ce ton caustique et amusant qui me plaisait tellement. Passé la barrière – et quelle barrière! – de la langue, David Foster Wallace apparaissait dans Infinite Jest comme un formidable analyste de l'humain et comme un écrivain sacrément doué, quoiqu'un peu verbeux. Quelques temps plus tard je lu ses autres œuvres, certaines me plurent beaucoup, d'autres beaucoup moins, mais un curieux phénomène apparut. Je m'attachais à l'auteur. A travers les lignes j'avais détecté sa grande fragilité, sa sensibilité à fleur de peau. Je me disais aussi que quelqu'un qui arrive à décrire aussi exactement et aussi précisément la dépression devait en connaître un rayon sur le sujet et de première main, si j'ose dire. J'appris plus tard qu'en effet il avait lutté contre la dépression toute sa vie et que celle-ci avait eu raison de lui au bout du compte. C'est pourquoi, à cause de cet attachement irrationnel, j'éprouvais un sentiment de perte, un peu ridicule puisque je ne le connaissais bien sûr, pas du tout personnellement, lors de sa mort. Nous fûmes nombreux dans le monde entier, si l'on en juge par les réactions sur Internet, à ressentir ce deuil et cette amertume à la disparition de quelqu'un qu'on ne savait même pas qu'on aimait. Et parfois même simplement pour avoir lu un de ses reportages, ou son si beau discours de remise de diplômes (ce que les américains appellent curieusement mais logiquement "commencement") au Kenyon College. Discours dont je me réjoui de vous donner ici un extrait, pour laisser parler David Foster Wallace à la fin:
"Worship power, you will end up feeling weak and afraid, and you will need ever more power over others to numb you to your own fear. Worship your intellect, being seen as smart, you will end up feeling stupid, a fraud, always on the verge of being found out. But the insidious thing about these forms of worship is not that they're evil or sinful, it's that they're unconscious. They are default settings.

"They're the kind of worship you just gradually slip into, day after day, getting more and more selective about what you see and how you measure value without ever being fully aware that that's what you're doing.

"And the so-called real world will not discourage you from operating on your default settings, because the so-called real world of men and money and power hums merrily along in a pool of fear and anger and frustration and craving and worship of self. Our own present culture has harnessed these forces in ways that have yielded extraordinary wealth and comfort and personal freedom. The freedom all to be lords of our tiny skull-sized kingdoms, alone at the center of all creation. This kind of freedom has much to recommend it. But of course there are all different kinds of freedom, and the kind that is most precious you will not hear much talk about much in the great outside world of wanting and achieving. ... The really important kind of freedom involves attention and awareness and discipline, and being able truly to care about other people and to sacrifice for them over and over in myriad petty, unsexy ways every day.

"That is real freedom. That is being educated, and understanding how to think. The alternative is unconsciousness, the default setting, the rat race, the constant gnawing sense of having had, and lost, some infinite thing."

grâce au premier amendement

TeaBag Protest 091209 : un album sur Flickr: "God and guns" America manifeste. Tas d'abrutis! Je suis vraiment content qu'Obama ait gagné les élections et le Congrès et que ces gens là ne soient qu'une minorité de cinglés.
On en a en France, hein, pas la peine de se sentir plus malin, rappelez-vous les 25% de Le Pen en 2002! C'est juste que les sujets ne sont pas les mêmes et qu'en France les gens ne sont pas aussi "francs" dans l'expression de leurs opinions.
(via)

climats

Le ciel est douteux ce dimanche, il ne pleut pas mais il n'y a pas trace de bleu et le petit vent de nord-est est désagréable, il nous rappelle que l'automne n'est pas très loin. Hier était une de ces journées de septembre douces et lumineuses qui semblent une réminiscence de l'été.

Je ne comprends pas pourquoi on commence la nouvelle année en janvier, si ce n'est que les jours rallongent à partir de cette date mais en fait non, un peu avant, au solstice d'hiver. La nouvelle année pour moi commence en septembre, a toujours commencé en septembre, et on est déjà au treizième jour de la nouvelle année. Pourtant les mois de septembre sont souvent redoutables pour moi, surtout dans leurs dizaines de jours du milieux et les années impaires. Mais foin de superstitions idiotes, c'est un hasard et voilà tout. Septembre c'est aussi le mois de la fin de l'été et je me prends à regretter les grandes chaleurs, à remarquer que la nuit tombe de plus en plus tôt et que l'on va bientôt abandonner l'heure d'été et les longues et claires soirées. Mais ça ne sert à rien de se lamenter ou de regretter, tout vient à son heure et il y a un temps pour tout.

La nouvelle fonction "Partage à domicile" de iTunes 9 (la nouvelle et plus récente version du logiciel d'Apple) m'a permis de fusionner la collection de musique qui est sur PetitMac avec celle de GrosMac et c'est bien pratique indeed! J'écoute Elaine Elias avec délectation tout en me disant que la musique brésilienne est pour moi liée à l'été et à la chaleur. Il y a des musiques comme ça qui sont liées à des saisons ou à des climats ou à des périodes de l'année. Jan Garbarek est lié pour moi à l'hiver comme les islandais de Mùm sont liés au printemps, Sigur Ros est d'hiver, comme Marillion ou Porcupine Tree... Le jazz est une musique de nuit pour moi, sauf sa variante brésilienne qui est une musique de plage et de plein soleil.

grippe

« Si le virus A H1N1 mute... » ou l'escroquerie à l'échelle planétaire Martin Winckler sur la grippe A :
On est donc en droit de penser que 1° il n’a pas de raison de provoquer plus de décès dans les pays du Nord, dont la population est en meilleure santé que celle du Sud. 2° comme il est très contagieux et qu’il y a déjà des foyers épidémiques en Europe, d’ici quelques semaines il y aura de plus en plus de personnes déjà immunisées (et toujours vivantes) qui agiront comme des barrières pour protéger les autres. Avant même que le climat hivernal ne s’installe. On peut s’attendre donc à ce que la « grande épidémie » n’ait pas lieu...

(...)

Le virus A H1N1 a déjà muté. C’est d’ailleurs en mutant qu’il est devenu plus contagieux et que l’épidémie a commencé. Mais cette mutation, qui lui a conféré une plus grande contagiosité, ne lui a pas conféré pour autant une plus grande dangerosité. Un virus a un seul but dans la vie : multiplier son ADN le plus vite possible pour survivre génétiquement, comme le font tous les êtres dotés d’un ADN. Or, un virus, c’est un ADN réduit à sa plus simple expression. Son but, ça n’est pas de rendre malade. Les symptômes de la maladie sont liées aux réactions de l’organisme destinées à éradiquer le virus : la fièvre, c’est le corps qui la produit pour empêcher le virus de se reproduire ; les courbatures, c’est la contraction intense des muscles pour produire de la fièvre ; la toux, c’est la réaction inflammatoire du nez, de la trachée et des bronches à l’entrée du virus dans les tissus respiratoires. Le virus, lui, il a intérêt à ce que le patient reste debout et le transmette dans ses gouttelettes de salive.

les mois de septembre sont redoutables

“It’s weird to feel like you miss someone you’re not even sure you know” (Infinite Summer blog)

Posthumous Gratitude (n+1)

Nick Maniatis: In Search of Firm Ground (Infinite Summer blog)
I can’t help but hope David Wallace realised what he achieved with this novel.
This novel speaks to me.
(...)
I understand that letting go, saying no, and not being a slave to my desires is real freedom.
Double binds only make you stronger.
Connecting with others is connecting with yourself.
I understand that one can, simultaneously, fall in love and choose to love.

dfw_smile.jpg

Konami code

Konami Code:
9F7A0F61-D9BC-469B-9BDB-DE049EE4E18A.jpg

(on en apprend tous les jours). [en français] [liste des sites où est utilisé le Konami Code]

Morgol par temps gris

2711183082_cf708ce523.jpg


Rocher du Morgol, archipel de Molène, une image qui date de l'année dernière. Je recycle un peu.

Nudge

Nudge
Comment faire de la musique dans votre navigateur (en Flash).
(via)

sophisme

France : Vidéosurveillance : 75 villes équipées en priorité (Le Figaro): à un joli prix, 21 millions d'euros pour le seul financement de l'État, celui-ci cofinançant l'installation de systèmes de vidéosurveillance dans 75 villes.
Ironie vu le petit scandale actuel dont il est victime, M. Hortefeux déclare: «Si vous n'avez rien à vous reprocher, vous n'avez pas à avoir peur d'être filmé.» Ben voyons!

Saul Leiter

Saul Leiter: Resurrected (Design Observer)
Un article sur Saul Leiter, peintre et photographe spécialiste de la couleur et pionnier dans l'utilisation de celle-ci en particulier en photographie (expositions l'année passée à la fondation Cartier Bresson et à la Galerie Camera Obscura). L'angle de ce papier est plutôt Saul Leiter peintre et il est accompagné d'une galerie de reproductions de ses gouaches (pour la première fois sur le web).

logo moche

Carrefour Fades: Carrefour change son logo et la typographie de sa marque. Et ce n'est pas pour le mieux. Pour moi le logo passe mais la typo est hideuse!

le typhon Jangmi

59A9CFB1-8E29-40AE-9A5C-B5A6324DEA2A.jpg


Sur cette image qui date du 27 septembre 2008, le super-typhon Jangmi. Ce typhon a touché Taiwan le 28 septembre 2008 à la catégorie 4 après avoir atteint juste avant son atterrissage la catégorie 5 sur l'échelle de Saffir-Simpson (on ne peut pas faire plus en matière de cyclone, un typhon catégorie 5 c'est un monstre avec des vents à 260 km/h montant à 325 km/h en rafale). Jangmi fut le seul cyclone de 2008 à atteindre la catégorie 5 avec 905 hpa de pression minimum en son centre.

Jangmi fut un bien beau cyclone avec un oeil bien dessiné entouré d'un coussin de nuages et d'une spirale aux bras élégants.

Strongest Storms Each Year This Decade: 2008, Super Typhoon Jangmi

(Image Nasa Earth Observatory)

le 11 du mois de septembre

Remembering September 11th - The Big Picture : un album de photos commémoratif. Il y a quelques images particulièrement saisissantes.

Steve is back

La bonne nouvelle de la semaine c'est que Steve Jobs est "vertical". Ça fait plaisir de le revoir là!
(Steve Jobs est le patron et fondateur d'Apple, ma marque d'ordinateur et d'accessoires électroniques préférée).

maigre résultat

1,000 cameras 'solve one crime' (BBC):
Only one crime was solved by each 1,000 CCTV cameras in London last year, a report into the city's surveillance network has claimed.

lumière et vélo

3893843890_2837d46ca4.jpg

ciel profond

Winners : Astronomy Photographer of the Year: encore de magnifiques photos d'astronomie.
(via)

Interview avec des hommes hideux

Le trailer de Brief Interviews With Hideous Men, adaptation par John Krasinski du livre de David Foster Wallace est sorti.

"You lie"

In Lawmaker’s Outburst, a Rare Breach of Protocol - NYTimes.com:

Le député Républicain Joe Wilson de la deuxième circonscription de Caroline du Sud crie "vous mentez" à Barack Obama pendant le discours de celui-ci au Congrès. Le député s'est excusé plus tard auprès de la Maison Blanche pour cette entorse majeure au protocole.

La réforme du système de santé que veut faire passer le président Obama rend furieux les Républicains. En même temps Joe Wilson est un député d'extrême droite, noté 100/100 par le très droitiers Family Research Council (lobby qui a pour objet "la promotion des politiques qui soutiennent les valeurs judéo-chrétiennes"). Il a été le dauphin du sénateur pro-ségrégationniste Strom Thurmond.

Hubble voit plus loin

Hubble telescope's latest images: le téléscope spatial Hubble a été réparé et envoie des photos magnifiques de l'espace profond. Regardez ces galaxies...!

remodelage

Bon, maintenant, Mnémoglyphes devrait avoir la même tête dans tous les navigateurs. Et en même temps être plus conforme aux standards. J'ai enfin compris deux ou trois trucs qui clochaient.

Robert Polidori

New Orleans: la Nouvelle Orléans après Katrina en 2005, dix photos impressionnantes de Robert Polidori.

tué par Internet

50 things that are being killed by the internet:
1) The art of polite disagreement
While the inane spats of YouTube commencers may not be representative, the internet has certainly sharpened the tone of debate. The most raucous sections of the blogworld seem incapable of accepting sincerely held differences of opinion; all opponents must have "agendas".
...
31) Privacy
We may attack governments for the spread of surveillance culture, but users of social media websites make more information about themselves available than Big Brother could ever hoped to obtain by covert means.

and others...

aller à Montmartre

3893065931_c4abe5be7d.jpg


3893777711_83461f2324.jpg


C'est sûr que si je déménage un jour Montmartre et le Sacré Coeur vont me manquer. Depuis onze ans que j'arpente le premier et que j'ai quasiment tout le temps le second dans mon champ de vision. Voyez-vous, j'aime beaucoup Montmartre, c'est mon quartier préféré, particulièrement les petites rues calmes et feuillues de ses pentes. Les Jardins de la Turlure, les escaliers et surtout ceux de la Rue de la Bonne, la Rue St Vincent aux belles demeures, les passages entre l'Avenue Junot et la Rue Lepic, la Rue Berthe et la Rue d'Orchamps, l'Allée des Brouillards... C'est à deux pas de chez moi et ce sont mes lieux de promenade, j'ai appris rapidement à en faire l'ascension par la face Nord (la directissime du Mont-Cenis quand je suis en forme ou par l'axe Marcadet, les Saules et Lamarck quand je suis moins en jambes), puis après un passage au sommet la descente par l'un des chemins de la face Sud jusqu'aux Abesses. Je les connais par coeur ces itinéraires Montmartrois comme si j'étais sur mes terres et pourtant j'éprouve toujours autant d'intérêt de de plaisir à les arpenter. Ah! mon rêve serait d'habiter une de ces belles maisons de la Rue St Vincent (l'ancienne "sente du jardin de l'abbaye") ou de la Rue de l'Abreuvoir, ou au moins un appartement rue Lepic, Rue du Chevalier de la Barre ou Rue Albert.

Eclectic24

KCRW, la radio de Santa Monica bien connue de tous les amateurs de musique indie pour son émission quotidienne Morning Becomes Eclectic, lance Eclectic24, une nouvelle web radio avec deux chaînes: programmation de musique seulement et actualités (essentiellement NPR et la BBC).

À Montmartre aujourd'hui

3893069181_dd8f9260f1.jpg


3893060623_271cbcd06c.jpg

aller à Nantes

Vendredi je suis allé à Nantes pour assister à la soutenance de mémoire de Mastère de ma dernière stagiaire. En tant que tuteur de stage entreprise j'avais mon mot à dire dans le jury chargé de lui mettre une note. C'est un Mastère en psychologie sociale et j'étais donc invité avec ma collègue psychologue sociale que j'ai plaisir à fréquenter au travail ou en dehors. Après la soutenance (nous lui avons donné la très bonne note de 17 sur 20) nous sommes allé, ma stagiaire, ma collègue et moi, en ville pour boire un verre en attendant le train qui devait nous ramener à Paris. Il se trouve que j'ai connu, et même bien connu, Nantes dans ma jeunesse mais que je n'avais plus arpenté ses rues depuis au moins quinze ans. J'ai fait des séjours à Nantes depuis ma plus tendre enfance sans jamais avoir habité dans cette ville. Pour des raisons diverses, plusieurs membres de ma famille ont habité à Nantes plus ou moins longtemps et j'ai fait de fréquents séjours chez eux, plus ou moins longs. Mon beau-frère et ma soeur ont habité à Nantes très longtemps, mon neveu Y. et ma nièce M. y sont nés et mon beau-frère y a encore une résidence flottante, sur la rivière de l'Erdre. Il ne me semble pas, après la brève visite de vendredi, que la ville ait beaucoup changé en quinze ans. J'ai reconnu facilement tous les parages que je fréquentais par le passé: le marché de Talensac, la tour de Bretagne, la Place Royale, la rue Crébillon, le cour des Cinquante Otages, la place Graslin, le passage Pommeraye, les quais de la Fosse, la place Louis XVI, le château, la cathédrale... Il n'y a que les anciens grands magasins Decré que je n'ai pas revu, mais parce que nous ne sommes pas allé par là. Il me semble que les usines LU ont disparu et que beaucoup de quartiers centraux sont devenus piétonniers. La FNAC s'est installée dans un des vieux et imposants bâtiments des anciens quais, place du Commerce et l'ancienne librairie Beaufreton, passage Pommeraye, a dû trépasser. Nous sommes donc allé passer l'après midi à la Taverne de maître Kanter, en terrasse, au soleil, place Royale. Cette brasserie a succédé à un ancien grand café où nous ne manquions pas d'aller prendre un thé dans le temps, mais dont je n'arrive pas à me souvenir du nom. Il m'a surpris, mais ça ne devrait pas, de ne ressentir aucune nostalgie à la vue de ses rues et de ces bâtiments que j'aimais par le passé. Mais je me suis déjà rendu compte bien des fois que je n'étais pas très fort pour la nostalgie.

même pas mal

Je suis plutôt content de me trouver aussi bien dans l'état de grande dèche où je suis en ce moment. Certes rien d'essentiel (travail, salaire, logis, nourriture, chauffage, éclairage, santé et connection à Internet) n'est menacé mais pour le reste c'est l'austérité forcée la plus totale. Je ne m'achète, et ce depuis trois mois, aucun livre, aucun vêtement, aucune sortie, aucun restaurant, aucun cinéma, aucun voyage, aucun bien d'aucune sorte, rien. C'est l'ère sans achat et presque sans consommation (il y n'y a plus que l'épicerie qui me fasse encore dépenser un peu d'argent)! J'assume — pour employer un mot à la mode! Je suis serein et rien ne me manque vraiment. Mes soucis d'argent ne m'atteignent pas le moral et ne m'inquiètent pas, il est vrai qu'ils sont plutôt légers au regard de ceux de bien des gens mais il y a encore deux ans ils m'auraient plongé dans la dépression et la culpabilité. Je progresse, c'est certain.

escalators et escaliers

3891368284_5cedae5c4f.jpg

À la Gare Montparnasse.

photographier Paris

@Paris: collection de photographies de Paris par les plus grands.

Typedia

Typedia: A Shared Encyclopedia of Typefaces: un wiki pour qui aime la typographie qui va vite devenir indispensable et continuer à grandir (il y a déjà pas mal de choses belles et intéressantes).

Leandro Castelao, illustrateur

Leandro Castelao est un illustrateur très original, il y a de belles choses dans un style assez mécaniste dans son portfolio et sur Flickr :
2887739158_3ea64b8d8b_m.jpg

furtivisation

Bon, j'ai rendu ce blog plus "discret" en supprimant la publication simultanée des billets sur Facebook. Je ne mentionne plus que mes initiales et pas mon vrai nom partout (sauf sur Facebook) — JR c'est comme ça qu'on m'appelait, que vraiment tout le monde m'appelait, dans le temps au travail. Quand j'ai changé de job, et donc de collègues, en 2002 ce surnom a quasiment disparu, seuls certains "vieux de la vieille" m'appellent encore comme ça, c'est dommage car j'aimais bien ce surnom (mes initiales et une allusion à la série Dallas encore bien ancrée dans la mémoire collective des baby-boomers de mon espèce). Cette mesure de discrétion — devrais-je dire "de furtivité"?— devrait suffire pour que ces pages disparaissent du radar d'un certain nombre de gens ou du moins que la relation entre ma personne IRL ("in real life") et mon internet personna soit moins évidente, ce que je préfère.

vertigo

Galileo, four centuries on: As important as Darwin (The Economist):
That observation was the first hint that, not only is the Earth not the centre of things, but those things are vastly, almost incomprehensibly, bigger than people up until that date had dreamed. And they have been getting bigger, and also older, ever since. Astronomers’ latest estimates put the age of the universe at about 13.7 billion years. That is three times as long as the Earth has existed and about 100,000 times the lifespan of modern humanity as a species. The true size of the universe is still unknown. Its age, and the finite speed of light, means no astronomer can look beyond a distance of 13.7 billion light-years. But it is probably bigger than that.

Nor does reality necessarily end with this universe. Physics, astronomy’s dutiful daughter, suggests that the object that people call the universe, vast though it is, may be just one of an indefinite number of similar structures, governed by slightly different rules from each other, that inhabit what is referred to, for want of a better term, as the multiverse.

techno chaperon

Little Red Ridning Hood. Inspired by Röyksopps: Le Petit Chaperon rouge, animation vidéo techno-postmoderne du conte célèbre! Ça me rappelle la pub pour Areva (que j'aime bien, d'ailleurs, la pub pas Areva!).

suburbia

Ross Racine

Ce type dessine des vues aériennes de banlieues (je ne vois pas comment dire mieux), en noir et blanc. Outre que je trouve que c'est une idée originale je trouve ça non seulement joli mais fascinant (ah si!).

Via The Daily Blague.

ZZ0A87F133.jpg

revenant

Hého, Flatliner a repris! Et je ne m'en étais même pas rendu compte, tu te rends compte?
Il est temps que moi aussi je sois un tantinet plus sérieux question bloggery!

soucis de blog

Grâce ou plutôt à cause de Facebook, où paraissent chacun des billets publiés ici (j'ai fait une bêtise en ajoutant le lien RSS à mon profil FB) de plus en plus de gens qui me connaissent lisent ce blog. Principalement des gens qui travaillent avec moi. Et ça me bloque un peu pour tout dire, ça limite ma liberté d'écrire. J'ai donc décidé comme première mesure de supprimer la publication de mes billets simultanément ou presque, ici et sur Facebook. Mais les habitués de Facebook auront toujours la possibilité de venir ici pour lire ce qui j'y écris. Certes pas tous mais quand même. Il m'arrive de rêver à changer carrément de blog, prendre un pseudo et filtrer les lecteurs qui voudront me suivre ou que j'aimerais qu'ils me suivent. Après tout j'en suis déjà à mon troisième blog alors pourquoi pas un quatrième. Pour l'instant je reste comme ça, avec Mnémoglyphes (j'aime bien le titre en plus ça serait dommage d'en changer) mais j'hésite.