dans la chambre noire

Finalement, plusieurs photos prises hier ce sont révélées plus inspirées que je ne croyais. J’utilise Photoshop sur toutes mes photos, non pour les truquer, y ajouter ou y retrancher quelque chose, toutefois.

J’utilise Photoshop pour :

  • recadrer l’image si nécessaire et/ou corriger la perspective, l’inclinaison
  • modifier la profondeur de champ en utilisant un calque avec filtre flou gaussien et un masque de dégradé
  • améliorer la netteté avec un filtre de “sharpening”
  • réchauffer les couleurs, soit avec un calque de réglage “balance des couleurs”, soit avec un calque sépia dont je règle la transparence
  • parfois raviver les couleurs avec un calque de réglage “saturation”
  • régler la luminosité et le contraste avec le calque de réglage “niveaux”
  • enfin il arrive que je donne un effet “lomo” à l’image avec deux calques ovales superposés l’un pour faire une effet de vignettage, l’autre en incrustation pour faire un effet de lumière centrale
  • parfois je transforme les photos en noir et blanc, j’ai plusieurs techniques pour ça, j’applique celle qui me semble la plus appropriée à la photo, c’est un procédé d’essai/erreur.
J’ai appris petit à petit toutes ces techniques sur le web ou dans des livres, rien de bien compliqué, mais c’est très amusant et ça rend mes photos plus proches de ce que j’aime voir.

Je vais tâcher de vous mettre quelques petits tutoriels ici, les prochains jours.

Ralph Ballerstadt

Voici un photographe amateur qui est peu connu et qui est une constante source d'inspiration pour moi. Il s'appelle Ralph Ballerstadt et il vit à Portland (Oregon, USA). Je l'ai découvert grâce à l'excellent forum Streetphoto.
Ralph travaille principalement sur la lumière mais aussi sur la couleur et la profondeur de champ. Ses photos vides de personnages la plupart du temps laissent la place à la rêverie, elles incitent celui qui les contemple à se raconter une histoire. Elles nous aident à voir la banalité et le quotidien différemment, elles ne sont jamais spectaculaires, mais toujours recèlent une poésie subtile et une grande élégance.

on est vivants

Tabarnac! Une semaine est déjà passée, à toute allure. Comme il se doit. B est partie, J et C sont arrivés. Et puis J et C sont repartis. Et nous voilà dimanche. Cette semaine c'est au tour de G. Je pratique la technique dite de la "bannette chaude". Comme chez les marins.

Septembre est presque terminé. Je ne suis pas superstitieux mais je crains les mois de septembre des années en 7. Les mois de septembre des années en 7 m'ont amené quelques catastrophes cuisantes. Cette année il semble que ce soit les autres, mes amis, qui ont essuyé les catas. Rose, R J. Moi je me souviens de 1967, de 1987 et je fais le gros dos.

Hier promenade heureuse à Montmartre, puis à St Germain des Près. Tourisme doux et intelligent, pas moutonnier. Peu de photos, je n'ai pas trop "l'oeil" en ce moment, mais je suis habitué à ces périodes sans.

On est vivants!

nouveaux habits

Après moult essais et tentatives je trouve Mnémoglyphes très beau dans ses habits noirs gris foncés. Simplicité. Vous avez remarqué comme c'est clean et simple, pas d'obésité comme ces blogs 2.0 qui mettent des plombes à charger. Simple. J'ai un peu nettoyé les différents blogrolls, on pourra toujours aller sur mon bloglines pour voir tout ce que je lis (ou que je survole, ou que je n'ai pas le temps de lire) Ça devrait rester comme ça, on se calme.

Ah et il y a "eskimo" qui a migré de Tumblr sur mon vieux Blogger (on est inféodé à Google, ici, hein!)

Blogger a été le premier outil de blog. Du monde. Mon premier outil, aussi. On peut leur reconnaitre ça. J'ai un attachement étrange à Blogger. A Google aussi. Ce sont un peu de bons amis.

petit agacement

Me font marrer ces gens qui ont quelques années de blog et qui se considèrent comme des vétérans capables de faire la leçon aux nouveaux.

Un blog ça doit être comme çi et non comme ça, disent-ils.

J'ai commencé à bloguer il y a six ans, les gens considéraient le mot blog comme une sorte de maladie honteuse. Et je ne la ramène pas.

Pourquoi un blog ne serait-il un vrai blog qu'avec des commentaires? Au début des blogs il n'y avait pas les moyens techniques de mettre des commentaires. Les pionniers n'ont toujours pas de commentaires (Kottke, Instapundit, etc...).

Quelle manie d'élever partout des murs.

interrogations

Mais de quoi les gens peuvent ils bien parler? Moi, je n'ai rien à dire (c'est pour ça que j'ai un, deux, trois blogs). C'est un drame. Je me retrouve muet, sirotant un café pour me donner une contenance (ou un apéro), attendant que la personne avec qui je suis sensé "parler" se sente encore plus mal à l'aise que moi et s'en aille ailleurs.

Tentation : se retirer du monde. Mais avec Internet. L'enfer c'est les autres. La Trappe m'est interdite, je suis païen et ils ne sont pas connectés au web. Que faire?

Avoir un animal totem : moi c'est l'ours, indubitablement. D'ailleurs mon appartement ressemble à une tanière.

brèves

Le seul problème de ces journées de formation c'est que quand je suis assis à ne rien faire j'ai tendance à m'assoupir, ça fait pas bon effet.

Sarkozy veut maintenant sauver le monde, il le clame à l'ONU, la France ne lui suffit donc plus. Quel homme!

Il y a des soirs où je me demande ce à quoi j'ai bien pu occuper ma journée. J'ai été en cours, j'ai déjeuné au Subway, je suis passé à la FNAC des Halles, je suis rentré chez moi de bonne heure, bonheur, j'ai surfé sur le web, j'ai regardé la télé. C'est passionnant!

Allez bloguer après ça.

guêpe rouge

red wasp

Journée pas très active, m'enfin c'était dimanche, hein! J'ai tout de même fait une lessive, mais à part ça, pas grand chose. Enfin si : la sieste! Et une jolie ballade dans Montmartre mais pas très longue et vu le manque de lumière pas très intéressante photographiquement. B. m'a appris les rudiments du Qui-Gong. Nous avons fait une petite séance et ça m'a fait un bien fou, ça m'a magnifiquement détendu. J'ai décidé de m'y mettre!

Mon coude qui était malade a pelé comme s'il avait été brulé, en dessous de la peau morte : de la peau douce et propre et neuve. C'est vraiment bizarre ce truc, je ne me rappelle pas m'être brulé à cet endroit, pourtant ça a vraiment réagit comme une brulure, jusqu'au début d'infection...

Déjeuner grec et diner chinois avec B. Délicieux sauté de lotte pour moi et raie à la vapeur à la sauce de haricots noirs pour elle. Succulent!

sotto le stelle del jazz


Paolo Conte : la classe, la très grande classe!

Duemila enigmi nel jazz
ah, non si capisce il motivo
nel tempo fatto di attimi
e settimane enigmistiche
Sotto la luna del jazz


(Deux mille énigmes dans le jazz
ah, il ne saisit pas le thème
dans le temps fait d'instants
et de semaines énigmatiques
Sous la lune du jazz)

[uhoh! ma première traduction de l'italien!]

le blog de Éric Chevillard

Oh, bon sang! Éric Chevillard a un blog : L'autofictif. Non, mais vous vous rendez compte? Éric Chevillard a un blog! Éric Chevillard!

e la nave va


C'est très frustrant les DVD. Si on aime l'oeuvre d'un musicien ce n'est jamais très difficile de se procurer au moins ses principaux albums, sinon son oeuvre complète, vous aimez un écrivain : pareil. Par contre allez essayer de vous procurer la filmographie de Nanni Moretti en DVD, essayez de trouver "La messe est finie" ou "Palombella Rossa"... Que dalle! Essayez d'obtenir des films aussi importants que "Huit et demi" de Fellini ou "E la nave va"... Wallou! Aujourd'hui je suis allé dans une boutique du dixième arrondissement qui se disait, dans sa pub, comme le plus grand choix de DVD de Paris : c'était à pleurer, publicité manifestement mensongère et encore heureux que c'était dans un quartier proche du canal St Martin — ce qui m'a permis d'aller faire un tour le long du canal — parce que sinon ça aurait été très très frustrant de m'être trimballé si loin de chez moi pour rien, dans un quartier que je n'aime pas particulièrement.

Parlant de quartiers, mon nouveau job étant près de la gare Montparnasse, je redécouvre avec ravissement la rive gauche et mes anciens coins favoris, comme le boulevard Raspail, l'hôtel Lutétia et le Bon Marché, le boulevard Edgar Quinet, le carrefour Edgar Quinet, Gaieté, Port Royal et les jardins du Luxembourg et de l'Observatoire, la rue du Cherche Midi, St Sulpice... Je flâne avec joie par là tous les soirs, en ce moment. Je me dis que j'ai de la chance de pouvoir aller me promener par là en sortant du travail.

Donc aujourd'hui j'ai pas mal bavardé avec B, suis allé près de la République, j'ai fait un petit tour le long du canal, puis j'ai repris le métro et je suis allé sur les Champs Elysées, au Virgin megastore, enfin je suis revenu à pied dans le jour finissant sur les Champs, de Franklin-Roosevelt à la Concorde en suivant l'avenue Gabriel. Je suis passé devant l'Elysée mais je n'y ai pas vu notre président. L'ambassade des États-Unis est fortifiée comme un bunker et protégée par une petite armée de gendarme. Devant l'hôtel Crillon des gens attendaient les taxis : hommes en smoking, femmes en robes de soirée très élégantes. J'ai pris quelques photos de la place de la Concorde dans le crépuscule, avec la grande roue illuminée devant les Tuileries. Mais je ne suis pas doué pour les cartes postales ou les photos de panorama urbains. Ensuite les courses à Monop'. Diné de nouilles sautées et de poulet au gingembre avec B et regardé "Aprile". Maintenant au pieu!

caro diario

--

La première semaine de travail dans mon nouveau job s'est bien déroulée. A part le fait que je n'ai pas encore d'ordinateur personnel et qu'il faut que j'emprunte de temps à autre celui de mon prédécesseur (avec qui je suis en double en quelque sorte, jusqu'à son départ). Tous les jours ce nouveau job m'est apparu encore plus génial que la veille. Je crois que j'ai enfin décroché le gros lot : un boulot passionnant , pas stressant, dans une excellente ambiance, un job où je vais pouvoir utiliser mes connaissances extra-professionnelles, linguistiques, ma culture générale, où je vais pouvoir travailler à mon rythme, pour lequel j'envisage de faire des études et des formations complémentaires et où donc je vais apprendre beaucoup de choses. J'aurais attendu 25 ans un job comme ça, mais enfin j'ai fini par l'avoir et l'expérience que j'ai accumulé va bien me servir. Bref je suis très content.

Mon coude va mieux. Mais ce n'est pas complètement fini et ça me fait encore un peu mal au toucher. Je me demande vraiment ce que j'ai eu. Pas de piqûre d'insecte apparente (bien que je soupçonne que ça soit quand même ça), pas d'écorchure. Ça n'est pas un zona, ça passe pas aussi bien et aussi vite, un zona. Je ne sais pas ce que c'est. J'espère que ce n'est pas le signe de quelque chose de plus grave, mais par ailleurs j'ai retrouvé une excellente forme physique et ma bonne humeur est inébranlable!

AFR a passé deux jours chez moi la semaine dernière, ce week-end c'est BC qui occupe le canapé, la semaine prochaine JP et CP, puis GL.... Les visites chez moi c'est toujours comme ça, par crise éruptive, après je suis des mois sans voir personne occuper mon clic-clac!

J'ai un nouvel engouement pour le cinéma ces temps-ci, d'une part, d'autre part pour l'Italie. C'est en regardant les films de Nanni Moretti (que j'adore) que m'a pris cette envie d'Italie! Du coup j'ai envie d'apprendre l'italien, c'est tellement beau à l'oreille, j'écoute Paolo Conte en boucle — je connais déjà très bien, au point de pouvoir chanter par coeur certaines de ses chansons, à une époque j'ai eu une longue période Paolo Conte, du coup je n'ai eu qu'a déterrer ses CD et à les riper aussitôt!

J'ai appris que RJK était à l'hôpital, après une mauvaise chute, pour être opéré de la colonne vertébrale. Rude coup, pauvre RJ! Je me faisais une joie de le rencontrer lors de ma petite visite à New York du mois prochain, du coup j'irai peut-être le voir à l'hôpital. Donc New York dans un mois, je n'ai pas encore reçu les billets d'avion mais c'est sans doute normal.

pigeons

--

J'aime bien déranger les pigeons en leur courant dessus. Je ne leur fais pas de mal, juste un peu de sport, pour eux et pour moi. Mais quand j'en vois un groupe picorer au sol je ne peux pas m'empêcher de leur foncer dessus. C'est qu'il y en a trop, ici, des pigeons, et que parfois ils vous chient dessus. Oh, ils ne font pas exprès, quoique... Depuis que j'ai vu un épisode de House M.D. dans lequel les pigeons étaient à l'origine d'une infection mortelle par une bactérie qui vous bouffe le cerveau, j'ai une espèce de terreur de la merde de pigeon. Je devrais moins regarder la télé.

pluie ombrienne (2)

Encore un petit moment de bonheur sous la pluie italienne, je ne me lasse pas des vidéos de cet auteur.

so far, so good

Premier jour à mon nouveau job et bien sûr ce matin j'étais encore malade après un des plus mauvais dimanche de ces dernières années. Un dimanche où je n'ai fait que dormir quasiment toute la journée, avec de la fièvre et une infection / inflammation du coude qui me faisait un mal de chien. J'ai dû me faire piquer par un insecte, une araignée peut-être. Donc un coude gauche enflé et douloureux, de la fièvre, je me voyais déjà avec une septicémie ou au moins un streptocoque bien venimeux! Je me suis fait un pansement humide au Daquin, que j'ai gardé toute la soirée et la nuit. Et ça a été beaucoup mieux. Mais ce matin j'avais encore de la fièvre. Ce soir tout va bien, mon coude est désenflé et presque plus du tout douloureux et plus de fièvre. Je suis donc allé à mon nouveau job les yeux loin d'être en face des trous et suant dans le petit matin pourtant frais. L'ambiance y est excellente, calme, détendue mais studieuse, ce qui est de bonne augure pour l'avenir. On verra, mais je m'y sens déjà bien. Et puis le quartier est mille fois plus agréable que la Porte de Clichy. So far, so good.

dimanche après-midi

Dimanche après-midi, beau temps, quelques petits nuages s'effilochent dans le bleu tendre du ciel. Je suis complètement crevé, vidé, fatigué. Le relâchement de la tension de la semaine dernière peut-être... Depuis hier j'ai mal à un coude (douloureux au contact même léger, légèrement enflé, rouge et chaud), je ne sais pas ce que c'est. Cet après-midi ça va un peu mieux. La nuit dernière j'ai fait plein de rêves bizarres et perturbants. Demain je commence mon nouveau job dans un nouveau bureau avec de nouveaux collègues. Je ne suis pas inquiet, non, très calme même, mais il est possible que tout ça me perturbe ou me fragilise de façon sous-jacente.

arrêt sur images

J'ai beaucoup hésité. Mais au vu de quelques exemples d'ors et déjà sur le site je me suis dis que le poil à gratter les puissants des média qu'était "Arrêt sur images" avait besoin d'exister, pour dénoncer les petites et grandes manipulations, les petites navigations et les grandes dérives, au moins sur le net. C'est quasiment une mesure de salubrité publique. Alors j'ai décidé de les soutenir...

orage en Ombrie


Beau!

Lucky

Tiens, je vous mets une chanson de Radiohead, sans doute ma préférée, en tout cas une chanson magnifique qu'il arrive que je me mette en boucle. Directement dans mon top 50 personnel donc, et tout en haut!

free music


Lucky - Radiohead

PS : bon, pour le moment Lucky is not lucky et ne passe pas quand on appuie sur le bouton, alors je vous en mets une autre (à la demande de Daylon), sa préférée, qui n'est pas mal non plus :

free music


Street Spirit par Radiohead

intermission

Bon sang, six jours sans bloguer! Moi qui avait pris de bonnes résolutions!
Cette semaine a été très occupée, je suis entre deux jobs, j'ai terminé le premier vendredi un peu sur les chapeaux de roues, je m'occupe un peu du suivant et entre les deux j'essaie de manger et de dormir, mais peu d'autres choses et je suis crevé le soir. Je me suis ménagé quelques distractions quand même, j'ai regardé Virgin Suicides, le pilote de Twin Peaks (et pas les épisodes, misère!), Thank You For Smoking, le tout en DVD, bien sûr.
Bon, à partir d'aujourd'hui, blog tous les jours, non mais!

half awake and half asleep in the water


A voir, les superbes photos de Asako Narahashi, half awake and half asleep in the water, prises à la surface de l'eau (mer ou lac). Ça m'a bien sûr fait penser à l'époque où je faisais de la chasse sous-marine, occupation qui comportait de longs moments à la surface de l'eau, avec juste les yeux qui dépassaient. A ce moment là j'avais déjà trouvé que le paysage, le rivage, vu de cette façon était une vision étrange et mystérieuse. Les photos de Asako Narahashi m'ont fait rappeler ces moments et m'ont donné envie de retourner dans l'eau, non pour tirer les poissons, mais pour faire des photos!

"half awake and half asleep in the water by Tokyo-based photographer Asako Narahashi. A suite of fifteen 20" x 24" photographs, showing images with half of the photographic surface covered with water. The water looks dark and poetic, and would naturally call in images of sleep and the subconscious.

Asako Narahashi once remarked that she was not particularly fond of the ocean, rivers or lakes. She began her half awake and half asleep in the water probably in 1998, after her visit to Okinawa in the summer, and where she experienced, after a long time, snorkeling and the joy of floating in the sea. She was then working on another project and discovered in her contact sheet this vague and unclear image that she described, "just like the moon without an edge floating on the ocean, beyond everyday life." The image must have been lying in her sub consciousness and imprinted somewhere in her brain. It has now come to surface and steered her towards a refreshingly new direction.

rhumanita

Tiens, hier soir, chez les M* je me suis mixé un petit cocktail qui m'a régalé : un tiers jus de citron, un tiers sirop de canne à sucre, un tiers rhum planteur. C'est pas très original et ça doit avoir un nom, mais j'ai la flemme de chercher, en tout cas c'était très bon et simple.

j'aime pas

Fred Vargas et Daniel Pennac, blanc bonnet et bonnet blanc. Même politiquement correct, même gnangnan, même bonne conscience, même bien-pensance. Des auteurs bien dans leur époque, bien lisses et légèrement rebelles, juste ce qu'il faut pour enchanter le bobo sans déranger l'ordre établi.

lumières


Clémence m'a demandé aujourd'hui : dis, tonton, pourquoi tu fais des photos? Les grands se demandent aussi mais n'osent pas poser la question. Je ne lui ai pas donné la seule réponse qui m'est venue, mais une réponse plus convenue : parce que ça m'amuse et que j'aime bien faire ça. La réponse qui m'est venue (mais une petite fille de sept ans, elle m'aurait pris pour un dingue, certes les grands aussi mais ça ne me gène pas) c'est la réponse que faisait Gary Winogrand (excusez du peu) quand on lui posait cette question : pour voir l'effet que ça aura sur une photographie. Et c'est vraiment ce que je pense aussi, je photographie pour voir l'effet que ça va faire sur une photo, c'est tout. Pas d'explications plus longues, ça suffit comme raison. En ce moment ce qui m'intéresse ce n'est pas les gens ou les choses c'est la lumière, ce que fait la lumière sur les gens, sur les choses. Je suis intéressé par les jeux de la lumière et de l'ombre et par les couleurs aussi, par l'harmonie des couleurs et par ce que fait la lumière avec les couleurs. C'est passionnant quand on s'arrête un peu et qu'on regarde. Et l'effet que ça fait sur une photo, c'est encore plus passionnant. Accessoirement c'est beau! A un moment j'ai pris une photo par dessus un petit muret trop haut pour que les enfants puissent voir ce qu'il y avait derrière. Bien sûr ils ont voulus savoir ce que je regardais, qu'est-ce qu'il y avait derrière ce muret. Je leur ai dit qu'il n'y avait rien. Et j'ai ajouté : si je prends une photo c'est qu'il n'y a rien à voir. Ca a fait rire tout le monde et j'avais réussi mon petit effet, mais c'était un peu vrai : il y a deux choses que je n'aime pas en photo : le spectaculaire et le convenu. Alors on peut trouver mes photos emmerdantes, banales, oui mais elle ne sont jamais tragiques, dramatiques, grotesques, outrancières et j'essaie qu'elles soient un peu originales.

totalement nuls

Bon les argentins ont mis une tôle aux XV de France, une bonne manière de commencer ce tournoi. Espérons qu'ils vont avoir assez de ressources pour battre la Namibie. (Notez bien : ça ne m'empêche pas de dormir). Suis-je le seul à avoir trouvé la cérémonie d'ouverture complètement nulle?

cassoulet

Tiens, le rugby ça me fait penser qu'il y a plusieurs années que je n'ai pas mangé de cassoulet, de garbure et autres mets du sud-ouest (je ne mange pas de foie gras, je sais comment c'est fabriqué et c'est atroce ce qu'on fait subir à ces pauvres oies juste pour la bouffe, vraiment barbare!).

cocardes

Je viens de voir passer la Patrouille de France par ma fenêtre, dû à la proximité de mon domicile du Stade de France où se déroule la cérémonie d'ouverture de la coupe du monde de rugby. Je dois dire que le panache bleu blanc rouge derrière les avions, sur le ciel bien uniformément gris avait une certaine grâce esthétique.
Ce soir le XV de France affronte l'Argentine. Je regarde les deux derniers épisodes de la saison deux de Desperate Housewives!

à bas le rugby!

J'en ai déjà marre du rugby! Et la Coupe du Monde n'est pas encore commencée. Le merchandizing joue à plein tube. Pas un mur, pas une affiche qui ne soit à l'effigie d'un "dieu du stade". L'étalage de ces faces de brutes saturés de testostérone me donne quasiment la nausée. Et on espère vendre absolument de tout avec ça. Des sous-vêtements (masculins cela va sans dire) aux hamburgers, tous les magazines arborent en couverture l'un ou l'autre des membres du 15 de France. Bien sûr le chauvinisme et l'esprit de clocher sont aussi valorisés. Ils me fatiguent...!